La faune d’eau douce

 

Un grand nombre d’espèces est représenté dans le Léman.

La liste ci-dessous n’est qu’un échantillon, il s’agit des espèces

les plus rencontrées en plongée...

Fait partie de la famille des percidés. Elle fraie d'avril à début juin sur les végétaux aquatiques. Elle peut pondre de 80'000 à 100'000 œufs par kilo de son poids. Elle les dépose en rubans.

La perche est grégaire dans son jeune âge et solitaire à l'état adulte. Elle atteint 2kg pour 50 centimètres. Elle est planctophage au début puis se nourrit d'alevins. Solitaire quand elle est âgée, elle chasse alors à l'affût. On la trouve le plus fréquemment dans les eaux superficielles (zones d'herbiers).

La Perche

Perca fluviatilis

Fait partie de la famille des esocidés. Il fraie de mi-février à fin avril en eau peu profonde. Il pond de 20'000 à 30'000 œufs par kilo de son poids. Il est carnassier et peut atteindre 15kg pour 1 mètre 30. Chasseur à l'affût, c'est le plus grand

        carnassier. Il défend son territoire contre toute intrusion. Vous le trouverez dans les zones d’herbiers).

Le Brochet

Esox lucius

Fait partie de la famille des galidés. Elle fraie de décembre à mars et pond jusqu'à 1 million de très petits œufs sur les fonds limoneux ou sablonneux du lac. Elle atteint 70 centimètres pour un poids de plusieurs kilos. C'est une carnassière et elle est friande d'œufs de poissons (omble, fera), mais goutte également à tout ce qui passe sur son chemin (y compris ses propres congénères !). Vous la trouverez dans la zone pélagique profonde.

La Lotte

Lota lota

Fait partie de la famille des cyprinidés. Appelé aussi Vengeron, il fraie en avril et mai sur les rochers et les herbiers et pond de 80'000 à 100'000 œufs. Il peut atteindre 30 centimètres pour un poids de 500gr. C'est une espèce grégaire essentiellement planctophage. Habitat : espèce ubiquiste, dans très peu d'eau l'été, il regagne les profondeurs en hiver.

Le Gardon

Rutilus rutilus

La Tanche

Tinca tinca

Elle fait partie de la famille des cyprinidés. Elle pond de 100'000 à 150'000 œufs par kilo de son poids dans des eaux à 20°C minimum. Elle atteint 15kg pour 80 cm et est omnivore. Elle a une longue nageoire dorsale munie d'un rayon osseux et « barbelé » et sa mâchoire supérieure est garnie de barbillons (filaments tactiles/sensitifs). Sa bouche est protractile (qui s’allonge vers l’avant). Vous la trouverez dans les eaux tranquilles, stagnantes, chaudes et peu profondes.

Cyprinus carpio

Elle fait partie de la famille des cyprinidés. Elle fraie courant juin dans des eaux entre 16°C et 17°C sur des fonds très herbus. Elle pond environ 600'000 œufs par kilo de son poids et est planctophage. Pendant la période de reproduction, vous la trouverez dans les eaux calmes aux fonds vaseux et à la végétation dense, aux endroits peu profonds.

Il fait partie de la famille des cyprinidés et il est le témoin de la bonne qualité de l'eau. Il peut atteindre 15 centimètres de long et pèse environ 40gr. Il vit en bancs et se tient généralement sur les fonds de sable et de graviers bien oxygénés. Il fraie d'avril à fin juin, dans une eau peu profonde parmi les pierres et la végétation et pond de 1000 à 3'000 œufs. Il est toujours à la recherche de petits vers, crustacés, larves, débris de végétaux, mollusques, et parfois œufs de poissons...

Le Goujon

Gobio gobio

Fait partie de la famille des cottidés. Il fraie de mars à mai, sa ponte est déposée dans une cavité creusée sous une pierre par le mâle. Il mesure 10 à 30 centimètres de long et vit dans les eaux courantes propres ou sur les côtes rocheuses, souvent caché sous les pierres près de la surface. Parce qu'il n’a pas de vessie natatoire, il est obligé de ramper sur le fond. Il se nourrit essentiellement de petits poissons et de larves d’insectes.

Le Chabot

Cottus gobio

Fait partie de la famille des salmonidés. Il fraie de mi-novembre à mi-janvier sur les fonds rocailleux du lac. Il pond un peu plus de 2'000 œufs par kilo de son poids. L’omble chevalier peut atteindre 90 cm et peser environ 8kg suivant le milieu ! Mais sa taille la plus courante est aux alentours de 30 centimètres de longueur. Il se nourrit de larves, insectes, mollusques et petits poissons. Il vit dans la zone pélagique profonde du lac.

L’Omble Chevalier

Elle fait partie de l'ordre des décapodes.

Il existe 3 espèces d’écrevisses dans le Léman. Les 2 plus fréquentes, que l’on rencontre très facilement en plongée, sont l’écrevisse américaine (B) (Orconectes limosus) (max 10 cm) et l’écrevisse signal (A) (Pacifastacus leniusculus) (dite de Californie), elle beaucoup plus grosse. C'est un crustacé d'eau douce qui vit 20 ans environ. Elle est omnivore dans son jeune âge, se nourrissant essentiellement de plancton et de végétaux. Plus âgée, elle se nourrit aussi de moules, de larves d’insectes, de poissons, d'escargots, de congénères et d’animaux morts. Parce qu’elle assure le nettoyage du fond en dévorant essentiellement les êtres morts et les débris qui tombent, on dit qu’elle est détritivore.

Elle vit principalement dans la partie supérieure du lac mais on peut également la trouver en profondeur. La reproduction a lieu à la fin de l’automne. La femelle garde les oeufs fécondés sous son abdomen jusqu’à l’éclosion des larves.

L’écrevisse indigène (Austropotamobius pallipes), qui était appelée écrevisse à pieds blancs, a disparu à la fin du XIXe siècle, lors d’une maladie qui se propagea rapidement en Europe.

Les Ecrevisses

Salvelinus alpinus

La Carpe

Ce petit escargot est un mollusque gastéropode d'eau douce. Sa coquille est spiralée et pointue. Comme les escargots terrestres, elles respirent grâce à des poumons et doivent régulièrement remonter à la surface pour respirer. Elles se nourrissent principalement de végétaux et broutent les plantes aquatiques grâce à une sorte de langue râpeuse. Elles sont hermaphrodites (à la fois mâles et femelles).

La Limnée voyageuse

Lymnaea peregra

Hermaphrodite, c'est le plus grand coquillage d'eau douce. Aussi appelée Grande Moule ou Moule d’Etang, sa coquille est mince, de couleur brunâtre, et est nacrée à l'intérieur. Les larves vivent d'abord à l'intérieur de la coquille "maternelle", d'où elles sont expulsées au bout d'un an. Les moules filtrent l'eau.

L’Anodonte des Cygnes

Anodonta cygnea

Les moules d'eau douce vivent dans des eaux bien oxygénées où elles trouvent de la nourriture en quantité (bactéries par exemple). Leur habitat préféré est un lit de limon, de sable, de gravier ou de cailloux. Elles ont horreur de la sédimentation qui les empêche de respirer et de se nourrir. Les moules d'eau douce sont de vraies petites usines de filtration d'eau, puisque chaque moule peut filtrer jusqu'à 38 litres d'eau par jour ! Comme elles se nourrissent de bactéries et d'algues en suspension dans l'eau, elles jouent un rôle vital dans un lac. Saviez-vous que les moules d'eau douce vivent depuis plus de cent millions d'années ?

La Moule zébrée

Dreissena polymorpha

Ce sont des crevettes d’eau douce. Elles mesurent 1 à 2 cm de longueur. Quand elles ne se cachent pas sous une pierre pour manger des débris végétaux ou autres cadavres d'animaux, elles se déplacent rapidement en remuant les pattes arrières. Elles sont très agiles et très agitées, capables de se détendre brusquement, de nager et de se faufiler entre les obstacles. Elles se déplacent souvent emboîtées l'une dans l'autre : c'est le mâle qui transporte la femelle, plus petite que lui, entre ses pattes. La reproduction a lieu au printemps : la femelle garde les oeufs sous son ventre jusqu'à l'éclosion.

Le Gammare

Gammarus roeselii

Hemimysis anomala est un petit crustacé de 6 à 11 mm ressemblant à une petite crevette.

Régime omnivore, mange de préférence du zooplancton (plancton animal), il est également détritivore et cannibale. Les juvéniles se nourrissent principalement de phytoplancton (plancton végétal).

Ce petit crustacé évite la lumière directe pendant le jour et apprécie le dessous des pontons, cavités et anfractuosités diverses, épaves...

Crustacé d’eau douce

Les éponges d'eau douce ont longtemps été considérées comme des végétaux, mais ce sont (comme toutes les éponges) des animaux pluricellulaires primitifs. Elles sont généralement molles et fragiles.

Les organismes adultes sont coloniaux. On a longtemps cru que ces colonies vivaient fixées et immobiles, avant de démontrer qu'elles étaient capables de se déplacer de plusieurs centimètres par mois sur le substrat.

L’éponge d’eau douce

Hemimysis anomala

La limnée des étangs est un gastéropode racleur, gros mangeur d'algues.

Il est hermaphrodite et il suffit de deux exemplaires pour fonder une colonie. C'est un animal très prolifique.

La Limnée des étangs

Lymnaea stagnalis

A

B

Une nouvelle venue dans le Léman !

La blennie possède un corps allongé, dépourvu d'écailles avec une très longue dorsale. Elle possède un tentacule au-dessus de chaque œil et sa bouche est armée de 2 puissantes canines saillantes.

Ce sont des poissons territoriaux, les mâles sont polygames (3 femelles pour 1 mâle). C’est une espèce protégée. Pour la reproduction, le mâle emménage une cavité et y fait pondre plusieurs femelles, sous des pots de fleurs, galets, ... C’est le mâle qui garde les œufs. En vieillissant, le mâle possède une protubérance frontale. VOIR ARTICLES DE PRESSE

La Blennie fluviatile

Salaria fluviatilis

et aussi...